Comment calculer sa capacité de loyer ?

Comment calculer sa capacité de loyer

N’étant pas un propriétaire il est tout à fait normal que vous vous préoccupiez du montant du loyer à payer chaque mois. De ce fait, vous devez évaluer votre capacité de loyer. Mais comment procéder ? Voici des méthodes efficaces pour éviter de faire une quelconque erreur de calcul.

Pourquoi calculer sa capacité de loyer ?

Avant de vous lancer dans une location immobilière, il est crucial de connaitre votre solvabilité. Découvrez d’abord ce que c’est vraiment être solvable.

A découvrir également : Comment creuser une tranchée rapidement en 4 conseils : le guide complet avec une trancheuse de sol

Comment se présente la solvabilité d’un locataire ?

Le calcul de la capacité locative aide le propriétaire à comparer de nombreux dossiers entre eux en considérant les situations financières des candidats. Il donne en général le montant maximal que le locataire est en mesure de payer. Il y aura donc une exigence de revenu. Ainsi, ce dernier doit au moins avoir des ressources supérieures ou égales à 3 fois le loyer.

Pourquoi la capacité locative est-elle importante ?

Calculer la solvabilité est indispensable pour un propriétaire afin de ne pas être trompé par des locataires de mauvaise foi. Certains d’entre eux ne respectent pas le délai de paiement même s’il y a un risque de rentrer dans une longue procédure. Par contre, il existe des locataires de bonne foi qui n’arrivent pas à payer le montant dû, car ils n’ont pas assez de revenus. Ainsi, réaliser un calcul de solvabilité permet de connaitre si la charge financière est soutenable. Si vous n’êtes pas solvable, il est possible dès le début d’éviter tout conflit relatif à des loyers impayés. Vous ne serez donc pas un bon candidat.

A lire aussi : Rénovation de maison : repensez votre intérieur avec un architecte

calcul

Les différents calculs de solvabilité

Pour faire calcul de capacité de loyer, vous devez prendre le rôle d’un banquier. Il faut simplement tenir compte le fait que cet élément est une somme mensuelle fixe.

Le calcul du ratio de solvabilité

Le ratio de solvabilité équivaut au taux d’effort des candidats locataires. Ainsi, grâce à lui, il est possible de déterminer le reste à vivre mensuel une fois que le loyer est payé. Pour effectuer ce calcul, il faut faire l’addition de vos revenus et la rapporter au montant du loyer avec la provision pour charges. Donc, si par exemple, vous recevez 1 500 euros par mois, et que vous comptez louer un appartement à 700 euros, vous pouvez estimer la provision pour des charges à 100 euros. Le taux d’effort sera comme suit : (700 + 100) / 1 500, soit 53,30 %. De ce fait, vous ne pourrez pas supporter ces dépenses.

Le calcul de la capacité locative

Il s’agit ici d’un autre instrument permettant de calculer votre solvabilité. Cela se fait selon vos revenus nets annuels. De cette façon, vous pouvez savoir si vous êtes en mesure de payer sans vous mettre en danger financièrement. Ainsi, il faut diviser le revenu net annuel par 12 en vous servant d’un taux à 33,3 %. Donc si votre salaire est de 30 000 euros, votre capacité locative est évaluée à 833 euros.

Les critères pris en compte pour calculer sa capacité de loyer

De nombreux critères sont pris en compte pour calculer sa capacité de loyer. Tout d’abord, les revenus nets mensuels ou annuels du locataire sont un élément clé dans le processus de calcul. Effectivement, la somme que vous pouvez dépenser chaque mois dépend directement de ces revenus.

Dans le même esprit, votre situation professionnelle et vos perspectives d’évolution peuvent être étudiées par les propriétaires/bailleurs afin de déterminer si vous avez une source stable de revenus. Si votre emploi est précaire ou temporaire, cela peut influencer négativement la décision des bailleurs.

Votre historique en tant que locataire peut aussi impacter positivement ou négativement sur votre capacité à louer un logement. Les antécédents, comme des retards fréquents dans le paiement du loyer ou l’absence d’un garant solide, peuvent jouer contre vous.

Il faut prendre en considération les charges mensuelles telles que les factures (eau, électricité, etc.) qui doivent être payées régulièrement ainsi que celles relatives à l’appartement lui-même : frais d’entretien annuel obligatoire pour la chaudière individuelle au gaz, taxe foncière, etc.

Certains bailleurs exigent qu’un garant soit présent pour cautionner leur location immobilière. Ceci permet aux propriétaires/bailleurs de se protéger contre toute défaillance financière pouvant provenir du locataire et donc facilite la procédure lors de demandes de locataires ne remplissant pas tous les critères requis.

Avant toute signature d’un contrat immobilier, pensez à bien connaître les critères pour calculer votre capacité locative qui vous permettront de prendre une décision en toute connaissance de cause.

Comment optimiser sa capacité de loyer grâce à la négociation des charges et des frais annexes

La négociation des charges et des frais annexes peut vous aider à optimiser votre capacité de loyer. Vous devez faire attention aux différentes offres proposées par les prestataires d’énergie tels qu’EDF, GDF Suez ou Engie. Ils peuvent constituer une source importante d’économies dans vos factures.

Il existe quelques astuces qui permettent de maîtriser sa consommation énergétique et donc de diminuer ses factures mensuelles : privilégier l’utilisation d’appareils électroménagers peu gourmands en énergie, baisser le chauffage lorsqu’il n’est pas nécessaire ou encore utiliser des ampoules LED plutôt qu’halogènes…

Il est crucial pour tout locataire de savoir optimiser sa capacité locative grâce à la négociation des charges et frais annexes ainsi qu’en maîtrisant ses dépenses énergétiques. Ces actions simples permettent non seulement de réaliser des économies substantielles, mais aussi de renforcer sa capacité à satisfaire les critères d’acceptation des propriétaires/bailleurs et ainsi faciliter ses démarches lors de la recherche d’un logement.

à voir

Comment démonter votre embrayage ?

L’embrayage fait partie des systèmes mécaniques les plus importants d’un véhicule. C’est une pièce d’usure qu’il faut remplacer tous les 150 000 km. Seulement, démonter cet élément ...