Hucky

Le portail informatif utile

Quelles sont les conditions d’admissibilité à la LSF ?

Invalides et handicapés avec des membres riches de la famille : les prestations sociales versées par les organismes publics appartiennent encore ?

La Constitution garantit à tous les citoyens qui sont incapables de travailler et qui n’ont pas les moyens nécessaires pour exercer leur droit à l’entretien et à l’assistance sociale.

A voir aussi : Comment éditer un PDF avec Adobe Acrobat gratuitement ?

Le handicapé peut également avoir droit à des prestations sociales sans qu’il soit nécessaire de prouver qu’il n’a pas les moyens nécessaires pour vivre, dans les cas où son état de santé est si grave pour ne pas permettre d’accomplir les actes quotidiens de la vie sans assistance, ou de ne pas permettre de marcher sans l’aide d’un compagnon. L’une des prestations pour lesquelles la preuve des moyens n’est pas requise est l’indemnité d’accompagnement.

Mais la reconnaissance de l’assistance indépendamment des conditions économiques de l’intéressé s’applique également à l’accueil des handicapés à l’intérieur des installations résidentielles, comme rsa ? En d’autres termes, la personne handicapée grave de la famille riche a-t-elle droit à des soins ? La Cour de cassation s’est prononcée sur cette question par une nouvelle ordonnance .

A découvrir également : Comment écrire une lettre amicale ?

La Cour suprême, en particulier, précise si la personne handicapée grave n’est pas autonome a le droit d’accueillir à l’intérieur des établissements résidentiels indépendamment de l’engagement à payer les frais de scolarité de votre partie ou les membres de la famille, si l’hospitalisation est nécessaire en raison de votre état de santé.

La cassation, dans l’ordre, a également expliqué quelles sont les obligations imposées à l’État et aux organismes publics, comme prévu par la loi-cadre pour la mise en œuvre du système intégré d’interventions et de services sociaux et quelles sont les obligations de la famille des personnes handicapées recevoir des prestations de santé et de bien – être. Mais passons avec commande.

Quelles sont les exigences pour atteindre le rendement du service économique ?

En général, pour que les personnesnon valides puissent obtenir des soins économiques dispensés par l’INPS, en plus des exigences sanitaires spécifiques, des exigences économiques sont également requises. Les conditions économiques doivent être vérifiées, en fonction de la prestation demandée, ou par rapport à la seule personne handicapée, à la personne handicapée et au conjoint, ou à l’ensemble du ménage :

  • l’allocation d’assistance aux invalides civils partiels nécessite la reconnaissance d’un handicap civil (c’est-à-dire une réduction de la capacité de travail générique) au moins égale à 74 % et la possession du statut de chômage et d’un revenu personnel maximal pour la personne handicapée ; pour en savoir plus, voir : Pension civile d’invalidité ;
  • pension d’invalidité civile la doit être reconnue 100 % de l’invalidité civile et la possession d’un revenu personnel maximal pour la personne handicapée, supérieur à celui prévu pour l’allocation d’assistance ; si l’augmentation est requise par million, c’est-à-dire l’augmentation de l’allocation jusqu’à 651,51 euros par mois, la limite maximale du revenu du conjoint est également requis, plus celui de la personne handicapée ;
  • Le revenude pension et de citoyenneté de la citoyenneté, étant donné qu’il ne s’agit pas de services d’assistance spécifiquement destinés aux personnes handicapées, prévoient la vérification des besoins de revenu du chef de famille dans son ensemble, ce qui exige que l’Isee de la famille soit vérifiée ;
  • Il existe toutefois des services d’aide spécialement destinés aux personnes handicapées, comme ceux prévus par le programme Inps Home Care Premium, qui prévoient la vérification des besoins en matière de revenu pour l’ensemble de la famille ;
  • l’ indemnité d’accompagnement , au lieu de cela, destinés aux personnes handicapées particulièrement graves, c’est-à-dire les personnes handicapées civiles incapables de rouler indépendamment sans l’aide d’un accompagnateur, ou incapables d’accomplir les actes quotidiens de la vie sans assistance par des virgules, n’exige pas le respect des exigences en matière de revenu.

Nous nous demandons maintenant, en ce qui concerne l’accueil dans les établissements d’aide sociale des invalides, si le respect de certains seuils de revenu est nécessaire : les handicapés avec des parents riches va de toute façon garanti l’accueil par les institutions de protection sociale ?

La personne handicapée a-t-elle droit à l’hospitalisation si la famille est riche ?

Nous avons noté que, en ce qui concerne les prestations spécifiques d’aide sociale pour les personnes handicapées, il n’est pas nécessaire d’évaluer les besoins en matière de revenu, que ce soit pour le conjoint ou pour l’ensemble de la famille. Qu’est-ce que la loi prévoit cependant en ce qui concerne l’hospitalisation Établissement de santé résidentiel public ? L’accueil d’une personne handicapée grave qui n’est pas autonome, qui est nécessaire en raison de ses conditions de santé, doit être effectué en tout cas par les organismes pris en charge ou subordonnée à l’engagement du bénéficiaire au paiement intégral ou partiel des frais connexes par le bénéficiaire ou par son membres de la famille ? Selon les éclaircissements de la Cour suprême , si l’intéressé est atteint d’un handicap très grave, il incombe à l’organisme public, en particulier à la municipalité, d’intervenir sur le plan de la santé et du bien-être : l’intervention ne peut être conditionnelle sur la prise en charge d’engagements économiques par les bénéficiaires ou les membres de leur famille.

Selon la Cassation, en effet, dans ces cas, il est nécessaire des interventions, obligatoires pour les organismes responsables de la protection des intérêts des handicapés. Institutions Les pouvoirs publics, y compris les autorités locales, ont le devoir de mettre en œuvre les niveaux essentiels d’assistancedéfinis par la Constitution .

La municipalité peut-elle réclamer le paiement des honoraires aux membres de la famille des handicapés ?

La loi sur l’admission des personnes handicapées , en vérité plutôt datée, prévoit la récupération, en faveur de l’organisme public, des frais d’admission pour les invalides, contre ceux qui sont obligés par la loi de prêter une pension alimentaire au sujet dans le besoin. Dans la pratique, en vertu de cette loi, les membres de la famille sont tenus de rembourser les frais de rsa à l’organisme public.

Toutefois, la loi a été abrogée en 2008 , bien que selon une partie de la doctrine l’abrogation, en fait, même en 1978 , selon d’autres directives, au moins 2000 .

Selon la Cassation , lesdépenses socialessont étroitement liées aux soins de santé lorsqu’elles sont exécutées dans un contexte unifié et sont de nature à intervenir dans l’intérêt public : il s’agit là d’interventions nécessaires, incluses dans lesniveaux essentiels d’assistance identifiés par la Constitution , que les organismes publics sont tenus de mettre en œuvre.

Par conséquent, si la signature d’accords volontaires de participation conjointe aux coûts d’assistance ne peut être exclue a priori, en l’absence de tels accords, l’institution ne peut se venger des membres de la famille des handicapés, même en présence d’une législation régionale cela le prévoit.

De plus, les parents à prendre en considération dans les calculs de l’Isee ne coïncident pas avec les parents et les sujets accablés par l’obligation alimentaire  : dans l’affirmative, cela rendrait encore plus lourde la situation des membres de la famille des handicapés .

Droit à l’hospitalisation des personnes handicapées

La Cour suprême a donc conclu en déclarant que l’accueil dans les établissements résidentiels des handicapés graves pas autosuffisants :

  • est exigible par l’autorité territoriale ;
  • ne peut être subordonnée à l’engagement préalable de la personne concernée ou des membres de la famille ;

En outre, la Cour suprême a précisé que :

  • l’ institution ne peut recouvrer auprès des membres de la famille les frais d’assistance ;
  • La récupération ne peut pas non plus être exploitée sur la base de règles générales relatives à l’entretien ou à l’entretien ;
  • l’ institution ne peut engager le recouvrement que si des accords volontaires ont été conclus avec les membres des bénéficiaires des mesures.

Show Buttons
Hide Buttons