Business

Optimiser la rémunération de ses salariés

Êtes-vous un entrepreneur (manager ou manager de TPE) ? Vous souhaitez optimiser la rémunération de votre direction pour payer moins d’impôts et de cotisations de sécurité sociale ? Voici 6 conseils pratiques pour optimiser votre rémunération après les dernières réformes fiscales.

1. Arbitrage entre prime et dividendes

La répartition optimale entre rémunération et dividendes a été fortement influencée par la soumission de dividendes aux cotisations de sécurité sociale (loi de finances de 2013).

Afin d’optimiser la situation fiscale du gérant, il est généralement préférable de verser jusqu’à 90 000 euros par an puis de verser des dividendes.

Lire également : Tout savoir sur le space planning

Dans certains cas, il peut être utile de convertir SARL/EURL en SAS/SASU afin de limiterl’impact de l’imposition des dividendes . Mais cette opération doit être évaluée avec précision, car les coûts en cause ne sont pas négligeables.

Remarque, à partir du 1er janvier 2018, le prélèvement d’impôt unique (PFU) ou l’impôt forfaitaire sera être imposée pour l’imposition de tous les revenus en capital, y compris les dividendes. Le calcul de l’impôt avec la PFU est plutôt favorable au paiement de dividendes substantiels . Mise à jour sur l’imposition des dividendes avec l’impôt forfaitaire ou PFU.

A voir aussi : Le rôle du comptable dans l'entreprise

2. Optimiser le véhicule du manager

Quand devrions-nous préférer une voiture de société ? Quand devrais-je choisir la voiture personnelle avec unefranchise de kilométrage  ?

Les cadres qui veulent acheter un nouveau véhicule haut de gamme et qui ont peu de voyages d’affaires (moins de 5 000 km par an) préféreront acheter le véhicule par leur entreprise : donc une société.

Ceux qui souhaitent acheter un véhicule usagé et/ou de faible valeur, et qui font des voyages importants pour leurs besoins professionnels, préféreront le paiement d’indemnités de kilométrage : par conséquent,un véhicule personnel.

3. Abonnez-vous à une retraite facultative « Madelin »

La retraite facultative « Madelin  » permet au seul gestionnaire de constituer une épargne-retraite déductible du revenu imposable de l’entreprise. L’enveloppe annuelle est plafonnée.

Les arrangements de sortie ne permettent pas la récupération du capital (en une seule fois) au moment de la retraite. Seule la récupération sous la forme d’une rente est possible.

Le niveau de la rente varie entre 4 et 6 % du capital total épargné. Donc c’est très faible.

La souscription d’un contrat de retraite « Madelin » est intéressante pour un TPE si le cadre est lourdement imposé sur son revenu personnel et si son espérance de vie est élevée.

Pour une bonne optimisation fiscale, l’achat d’une pension « Madelin » est l’un des derniers outils d’optimisation fiscale.

4. Mise en place de la participation aux bénéfices

Depuis 2005, les dirigeants d’entreprise et TPE (gérant, entrepreneur individuel) bénéficient des dispositions relatives à la participation auxbénéfices (exonération des cotisations de sécurité sociale impôt crédit).

Pour ce faire, le TPE doit :

  • emploie au moins un salarié,
  • un contrat de participation aux bénéfices a été conclu (au moinssix mois avant la date de clôture de l’exercice comptable concerné),
  • le montant de la prime d’incitation versée est plafonné à la moitié de la limite annuelle de sécurité sociale (41 136 euros en 2020), soit un maximum de 20 568 euros, que le bénéficiaire soit un salarié ou un entrepreneur,
  • la prime versée au chef de l’entreprise est plafonnée au montant de la prime la plus élevée versée aux salariés.

L’ introduction d’un contrat de participation aux bénéfices dans lequel le chef d’entreprise du TPE apparaît également comme bénéficiaire, est un excellent outil d’optimisation fiscale.

5. Mettre en place un plan d’épargne d’entreprise (EPE) de 5 ans

L’ EPE est un contrat d’épargne qui peut s’appliquer à tous les employés et gestionnaires. Il permet les aider à accumuler des économies dont les revenus ne sont pas imposés .

L’ entreprise peut les aider en payant un supplément appelé « abondant ». La part versée par la société est déductible de son bénéfice imposable et n’est pas soumise aux cotisations sociales dans certaines limites.

L’ épargne ainsi créée est gelée pendant 5 ans . Il y a 11 cas de libération anticipée sans pénalité fiscale (mariage, divorce, naissance, acquisition de la résidence principale, résiliation du contrat de travail, etc.).

Le PEE est un excellent complément au plan d’incitation. Si le salarié verse sa prime d’intérêt dans l’EPE, elle n’est pas imposée.

6. Mettre en place un régime d’épargne-retraite (PERCO)

Le Régime collectif d’épargne-retraite (PERCO) permet à l’employé de constituer une épargne accessible au moment de sa retraite sous forme de rente ou de capital.

Il est ouvert à employés et gestionnaires de TPE.

Pour optimiser la rémunération de vos dirigeants , il vous permet de construire un portefeuille de titres (actions, obligations, etc.).

PERCO peut recevoir des paiements de :

  • épargne personnelle (jusqu’à 25 % de la rémunération annuelle), participation aux bénéfices,
  • participation aux résultats de l’entreprise,
  • un compte d’économie de temps.

L’ entreprise peut verser un supplément (« montant ») limité à 6 581,76€ par an* (sur la base de 2020) et qui ne peut dépasser trois fois la cotisation de l’employé au régime.

Conseils de nos comptables pour optimiser votre rémunération

Depuis la réforme de l’impôt sur les dividendes du 1er janvier 2013, il est moins intéressant de verser des dividendes.

Il est donc d’autant plus essentiel d’utiliser les autres appareils pour optimiser la rémunération de votre direction. Si vous n’avez pas encore Incentive, PEE ou PERCO, consultez votre comptable pour évaluer l’adéquation des appareils dans votre entreprise.

* Il s’agit de 16 % du plafond annuel de sécurité sociale fixé à 41 136 euros pour 2020.