Immo

Comment négocier un achat immobilier ?

Se préparer et connaître vos limites

Avant même de commencer à chercher la propriété idéale, vous devez vous renseigner sur les prix du marché. Une bonne préparation nécessite une étude de tous les prix offerts pour le type de maison ou d’appartement que vous recherchez. De cette façon, vous saurez avec précision si la maison de vos rêves est surestimée. Découvrez les points importants à vérifier lorsque vous achetez PAP. La préparation évite de payer pour la propriété trop chère. Les sentiments ne sont plus pertinents parce que vous savez exactement quel devrait être le prix. Votre favori peut être présent, mais vous gardez vos pieds sur le sol. Ce conseil est important, en particulier pour les premiers acheteurs qui ont tendance à se précipiter lors de l’achat de leurs biens immobiliers. En étudiant les prix de votre marché, vous saurez la valeur de l’immobilier. Vous serez en mesure de négocier le prix d’une maison si le vendeur est trop gourmand. La préparation se fait également au niveau administratif. Avant de commencer à visiter l’établissement, vous devez vous rendre à consultez votre banquier ou votre courtier immobilier. Ce rendez-vous vous permet de savoir exactement combien vous pouvez emprunter. À partir de ces informations, vous pouvez vous concentrer sur votre prospection. Vous devez vous positionner uniquement sur les marchandises que vous pouvez réellement acheter.

Osez négocier le prix d’une maison

Beaucoup d’acheteurs n’osent pas négocier de peur que le vendeur offre la propriété à une autre personne. Négocier le prix d’une maison peut également générer de l’anxiété et vous embarrasser. Vous devez vous rappeler que vous avez le pouvoir puisque vous êtes en possession de l’argent attendu par le vendeur. Ainsi, vous pouvez vous permettre de négocier puisque le vendeur est prêt à prendre certaines concessions pour être en mesure de vendre.

A découvrir également : Comment avoir un investissement locatif rentable ?

Commencez par une exigence élevée

L’ art de la négociation exige une certaine stratégie. Si vous offrez un rabais élevé, vous optimisez votre trading. Donc, vous devez commencer par une offre en dessous de votre propre objectif afin d’espérer ne pas le dépasser. Le vendeur, qui ne connaît pas votre stratégie, proposera probablement un prix d’achat qui vous convient. Exemple pour négocier le prix d’une maison : vous envisagez d’acheter une propriété cotée pour 100 000€. Vous visez à l’acheter pour 95.000€. Si vous faites une offre d’achat immédiatement pour 95.000€, vous êtes très chanceux que le vendeur vous fasse une contre-proposition de l’ordre de 97.000€. Vous avez immédiatement brûlé une cartouche. Ne serait-il pas préférable de faire une proposition de 90 000 euros dans l’espoir d’obtenir 95 000 euros ?

Répondre judicieusement à un refus

Lorsque le vendeur refuse votre offre d’achat, n’abandonnez pas immédiatement. Au contraire, intensifiez votre négociation lentement pour obtenir un prix intéressant. Vous ne devriez pas couper immédiatement la poire en deux parce que vous vous interdiserez de profiter d’un accord qui vous sera plus rentable. Si vous révélez immédiatement votre objectif, le vendeur imagine que votre marge de manœuvre est beaucoup plus grande. Il sera donc tenté d’offrir un prix beaucoup plus élevé. L’exécution par étapes successives est donc préférable à réussir dans votre négociation. Face à un refus, vous devez revenir doucement en arrière pour être en mesure d’atteindre votre objectif et ne pas le dépasser. Si vous manœuvrez bien, vous pouvez même obtenir une offre en dessous du seuil que vous avez fixé pour vous-même. Prenons notre exemple précédent : vous avez donc fait une offre d’achat de 90 000€ en sachant que votre limite est de 95 000€ et pas plus. Le vendeur risque d’utiliser le classique « couper la poire en deux » et donc de vous faire une contre-offre pour 95 000€. Donc, vous avez déjà gagné votre but, mais pourquoi arrêter d’une telle manière ? Vous avez commencé avec une forte demande, donc vous avez encore de la marge de manœuvre pour améliorer la situation. Vous refuserez donc la contre-offre à 95 000€ et proposerez 93 000€. Deux situations se produiront généralement, soit le vendeur accepte et il est gagné, soit le vendeur refuse et reste sur les 95.000€ qui ont été votre objectif final.

A voir aussi : Calculer un rendement locatif

Augmenter les points négatifs sans casser la maison

Dès la première visite, vous devez identifier les points négatifs sans faire l’impression que ce n’est pas de qualité. Vous devez faire du vendeur votre allié et non un ennemi. Les arguments peuvent donc être utilisés pour abaisser le prix de vente, mais sans critique. Indiquez que vous êtes intéressé par la propriété, mais concentrez-vous diplomatiquement sur les travaux qui vont être en réalisation. Posez des questions pour montrer la réticence à pousser le vendeur à négocier. Avec cette technique, vous le conduisez à penser qu’il peut en effet baisser le prix et vous gagnerez du temps pour la négociation. En lui faisant réaliser que les travaux sont en effet à faire, vous pouvez négocier le prix d’une maison bien. En adoptant une approche subtile, vous partirez sur une base de négociation inférieure puisque vous conduirez le vendeur à faire un petit effort par lui-même. Par exemple, vous pouvez faire un compliment, puis une remarque avant de finir avec un autre compliment. En flattant le vendeur, il beaucoup plus ouvert que d’accepter la négociation.

Multipliez les questions

Votre objectif dès la première visite est de déterminer le degré d’urgence du projet immobilier du vendeur. Vous devez savoir quand la propriété est à vendre, pourquoi elle se vend et quels plans sont après la vente. Vous devez également essayer de savoir comment le bien a été acquis, au moyen d’une vente ou d’une succession. Les héritiers sont généralement pressés de vendre afin de profiter de l’argent provenant de la vente de biens immobiliers. Négocier le prix d’une maison dans ces conditions est souvent beaucoup plus facile. Vous négocierez sur l’état de la propriété et sur les prix du marché mais la clé est le projet du vendeur. Si vous comprenez correctement son objectif, vous pouvez appuyer sur les faiblesses pour le rendre productif.

Cachez vos émotions

Même si la propriété vous séduit, vous devez cacher vos émotions lors de vos visites sinon elles vous nuiront au moment de la négociation. Même si l’achat de votre résidence principale est un bon moment, il n’est absolument pas nécessaire de le montrer au vendeur. Si vous avez un vrai favori, vous n’avez pas à le montrer sinon le vendeur comprendra que vous ne voulez pas laisser passer cette vente. Elle sera moins ouverte à la négociation.

Prouver la solvabilité

Le vendeur réserve souvent ses biens immobiliers à l’acheteur qui possède déjà les fonds. Pour les convaincre de vous vendre et de vous donner un petit rabais sur le chemin, vous devez leur montrer que vous avez déjà l’argent via un relevé de compte, par exemple. Vous pouvez également soumettre une simulation bancaire ou une lettre de la banque qui démontre que vous êtes propriétaire des fonds pour cet achat immobilier. Avec des éléments en béton, vous montrerez que la vente peut être conclue rapidement et négocier le prix d’une maison. Vous devez vous assurer que vous disposez de ce type de document pour convaincre le vendeur. Si vous êtes en mesure d’effectuer un dépôt de garantie sur le compte du notaire dès la signature du contrat de vente, vous devenez l’acheteur idéal. Cette réservation prouve votre sérieux et vos capacités financières. En rassurant le vendeur, vous avez plus de chances de pouvoir négocier.

Montrez au vendeur la réalité de le marché

Si vous avez bien étudié le marché et que le vendeur demande un prix plus élevé, vous serez en mesure de négocier la maison en lui montrant la réalité. Grâce à l’étude comparative réalisée, vous serez en mesure d’indiquer les prix proposés pour des produits similaires dans le secteur. Estimer votre propriété est souvent complexe parce qu’elle est liée aux sentiments et aux émotions. Il n’est donc pas rare que les prix soient surestimés. Montrer la réalité aide à montrer clairement que la vente sera difficile avec un tel prix affiché. Le vendeur devra donc baisser son prix pour espérer trouver un acheteur.

Faire une offre écrite d’achat limitée dans le temps

Par écrit, vous informerez le vendeur que vous souhaitez acheter la propriété et lui ferez une offre d’achat. Vous spécifierez la période de validité de cette offre. A la fin de cette période, si vous n’avez pas reçu de réponse, vous pourrez continuer à chercher une propriété disponible. L’écriture montre le sérieux et la volonté de l’acheteur. Laissez le vendeur penser au fait qu’il a une offre à acheter en main. Sans lui donner aucune nouvelle pendant ce temps, il se demandera si vous continuez à explorer. Le délai de réflexion incite le vendeur à accepter un prix inférieur en cas d’urgence. S’il ne veut pas manquer cette offre, il peut décider de vous vendre à ce prix avantageux.